©Photo Juliette Benard
LA RÉSERVE DU STADE LAURENTIN BASKET EN STAND-BY
A l'arrêt depuis le 26 septembre à cause de l'épidémie de la Covid-19, l'équipe de Jérémy Delgado ne sait pas si elle pourra reprendre la compétition de Régionale 2

Juste avant son succès d'un point contre une très belle équipe de Vence qui porte un costume de faux promu tant elle semble armée pour jouer autre chose que le maintien, le Stade Laurentin Basket a bien failli réussir le coup parfait à Mougins. Menés de 21 points, les hommes de Jérémy Delgado sont venus arracher la prolongation  pour finalement craquer dans les dernières minutes. "Je pense que l'on a pu jouer contre deux bonnes équipes de ce championnat. Nos prestations me rendent optimiste pour la suite, surtout que contre Mougins j'avais beaucoup d'absents." Pour le moment, les coéquipiers de Joshua Duterque (Photo) sont contraints de composer avec un seul créneau sur un terrain extérieur.

Dans l'attente de pouvoir reprendre sa saison, Jérémy Delgado se satisfait de disposer d'un bon groupe, tant sportivement qu'humainement. "Je m'entends très bien avec eux et inversement, c'est très appréciable. Dans notre division, qui plus est avec notre statut de réserve, ce qu'on recherche c’est avant tout de prendre du plaisir. Et si les victoiresce n’est que mieux." Quatre joueurs ont plus de 28 ans, les autres tournent entre 20 et 25 ans. Quatre éléments ont été formés à Saint-Laurent-du-Var. "Certains étaient en Nationale 3 quand je jouais encore, ils sortaient de la catégorie cadets, je les ai vu grandir."

L'incertitude plane

Avec un contexte lié à la Covid-19 qui empire de jour en jour, difficile de savoir si la saison va pouvoir se poursuivre ou si le championnat va s’arrêter définitivement.

Pour l’entraîneur et ses joueurs, il devient très difficile de se projeter mais ils n'en oublient pas l'essentiel. " Avec la situation que nous traversons, je n'ai qu'une obsession, éviter les blessures. Les coupures commencent à être longues depuis mars et il ne faut prendre aucun risque. Pour les garçons c'est très frustrant. Lorsqu'on a repris en août, nous étions tous très motivés. Et finalement, assez vite, tout s'est arrêté." C'est avec beaucoup de frustration et d'inquiétude que Jérémy Delgado voit tomber les différentes directives tomber et espère désormais un rayon de soleil dans le marasme actuel.